PHILOSOPHIE

Publication

Notes sur la dimension personnelle réunit trois problèmes philosophiques : la connaissance de soi, la formation des valeurs, la pérennité des œuvres d’art.
Ce que je suis, ce que nous sommes – notre dimension personnelle –, coïncide avec la formation des valeurs.
C’est une seule et même inconnue, qui échappe toujours à l’observation, car il n’y a pas de paradis duquel on puisse suivre ce qui se joue sur cette scène.
Mais l’interprétation des œuvres – celles qui semblent défier le temps – permet de formuler certaines des articulations à partir desquelles nous nous formons, et valorisons notre monde.


Réflexions sur les formes d’inspirations traditionnelles

Métamorphoses de la mazurka,

Qu’est-ce que la mazurka? Une forme particulière de danse et de musique, qui connait depuis les années 1990 une évolution remarquable, tant pour sa partie musicale que pour ses manières d’être dansées. Son succès un peu partout en France, puis en Europe, en font un exemple privilégié de transmission et de renouvellement… SUITE… (ou fichier PDF à télécharger).


Nouvelles métamorphoses de la mazurka,

À propos des mazurkas à 11 temps, et des autres formes asymétriques de mazurka… SUITE


Gavotte dite « de l’Aven »

Inspirée par une forme traditionnelle, la Gavotte de l’Aven est une création des bals folk, au même titre que la mazurka, la scottish ou les valses asymétriques.
Il suffit de la danser, ou de la jouer quand on est musicien, dans un bal, pour ressentir une harmonie qui est le signe d’une personnalisation. Contrairement à une forme traditionnelle reprise approximativement, qui engendre du bruit et des mouvements désordonnés, une forme issue d’un processus d’inspiration traditionnelle se manifeste d’abord par un équilibre dynamique, qui lui permet tout à la fois de parvenir par moment à une relative perfection, et d’évoluer dans des directions différentes, selon les pratiques de la communauté des danseurs et des musiciens. SUITE


Danses asymétriques et hybrides dans le bal folk

Les valses asymétriques, à cinq et à onze temps forment une particularité du bal de l’est de la France. Parallèlement aux métamorphoses de la mazurka, de nouvelles formes de valses irrégulières sont apparues, à huit temps, avec différentes variantes, non seulement dans les manières de danser, mais aussi dans les structures musicales. Et puis, des formes plus complexes, hybrides, ont été jouées et dansées… (SUITE bientôt disponible)